La plus dangereuse de toutes les visions du monde est celle des gens qui n’ont pas regardé le monde.

Alexander von Humboldt Peinture de Joseph Stieler, 1843

Cette année marque le 250e anniversaire de la naissance d’Alexander von Humboldt (1769-1859) et le 160e anniversaire de sa mort. Raison suffisante pour rendre un hommage musical à ce génie cosmopolite et universel. Mais malheureusement : il n’y a pas beaucoup de littérature qui apprécie le travail du scientifique naturel allemand en conséquence. Intéressant, sa vie est variée et impressionnante grâce à ses nombreux voyages de recherche en Amérique latine et en Asie centrale.

Son nom est omniprésent : un lis, un cratère lunaire et un courant marin portent son nom, pour ne citer que quelques exemples. Ce n’est pas sans raison qu’il est toujours l’un des Allemands les plus connus au monde. Qu’y a-t-il de si spécial chez Alexander von Humboldt, l’un des derniers génies universels et toujours vénéré comme le deuxième découvreur en Amérique latine ? Des étagères entières sont remplies d’écrits d’Alexander von Humboldt et sur lui. L’un des livres les plus connus du grand public est probablement « Les Arpenteurs du monde« , qui a également été tourné sous le même titre (Les Arpenteurs du monde).

Il est donc intéressant de noter qu’il n’y a musicalement que trois œuvres qui mentionnent au moins le nom « Alexander von Humboldt » : deux pour orchestre à vent, une pour chœur et instruments comme interprétation scénique (en langue allemande). Peut-être y a-t-il d’autres œuvres sur ce citoyen du monde que nous ne connaissons pas ? Alors s’il vous plaît, faites-le nous savoir.