Œuvres intéressantes – peu jouées

Sous la devise « écouté – joué », nous voulons présenter des œuvres extraordinaires au cas par cas, que nous avons découvertes au cours de notre travail d’archivage et qui, à notre connaissance, ne sont que rarement jouées. Maintenant, vous allez croire qu’il ne s’agit que de compositions  » de haute qualité  » ? Loin de là, il y a aussi des œuvres de difficulté moyenne, qui sont autorisées à porter le titre « extraordinaire » ! « Exceptionnel » ne signifie pas, cependant, qu’il est à jour ou nouveau. Non, il s’agit peut-être de travaux avec « quelques années sur la bosse ». Et bien sûr, vous pouvez également nous proposer des œuvres que vous aimeriez voir attribuer le titre « Extraordinaire ».

Les travaux que nous vous présentons aujourd’hui ont été publiés en 2006. C’est une pièce qui dépend de la créativité des musiciens. Ils créent eux-mêmes le son, la dynamique et l’articulation. La particularité de Klangkörper, ce sont les neuf équipes qui jouent l’une contre l’autre. Le chef d’orchestre lui-même guide ces équipes – comme un dompteur de ses animaux sauvages – avec soin et sensibilité dans l’arène. La tâche des musiciens est de représenter une « mer déchaînée et orageuse » et une « nuit étoilée ».

Ainsi « Letter from Sado » est une pièce passionnante pour les jeunes groupes, basée sur un haïku japonais (= une forme de poème traditionnel japonais) du même nom. Sado fait référence à l’île de Sado au Japon, où plusieurs artistes, chefs religieux et militaires ont été exilés il y a de nombreuses années. L’île a toujours eu une forte communauté de percussionnistes Taiko, et en tant que telle, la pièce comprend des tambours Taiko maison en option.

Le compositeur Jodie Blackshaw écrit : « Pour saisir l’idée d’interprétation et le concept de lecture entre les lignes, les musiciens sont invités à devenir des décideurs pour des sections spécifiques de la musique. Par exemple, les sections d’ouverture et de fermeture de la pièce utilisent le même matériau, qui est une sélection de figures mélodiques répétées. Les musiciens décident eux-mêmes de la façon de jouer ces personnages en tant qu’individus, en petites équipes et ensuite en tant que groupe entier. Leurs décisions incluent des idées sur le tempo (à quelle vitesse ?), la dynamique (à quel volume ?) et l’articulation (lisse, courte ou dure ?). Pour les inspirer, nous utilisons le poème haïku, c’est-à-dire que la première partie invite les participants à jouer la matière comme une « mer houleuse et sauvage » et la dernière partie invite les musiciens à jouer les mêmes figures mélodiques, mais cette fois elles sont inspirées par « Heaven’s River » ou, comme on le sait, la Voie Lactée.

Entre les deux, il y a une section élaborée, fortement structurée, qui devient de plus en plus puissante. La musique ne repose harmonieusement que lorsque tout l’orchestre joue à l’unisson. Ces multiples couches sonores représentent les nombreuses pensées et idées qui auraient entouré ces individus exilés sur l’île de Sado, l’harmonie finale est représentative de leur propre expérience révolutionnaire les menant sur le chemin de la paix intérieure et de l’acceptation. »

Letter from Sado est une pièce intéressante pour les orchestres de collèges, que nous avons liée à des vidéos, des partitions vidéo et une piste radio complète ainsi que d’autres informations et photos sur l’île « Sado » (près du Japon).