Le « Musiklexikon » de Brockhaus-Riemann définit la musique à programme comme « une musique instrumentale liée à la représentation ou à l’évocation d’un sujet conceptualisable, auquel le compositeur fait généralement lui-même référence par une description du contenu ou un titre. Le sujet approprié à la musique est capable de stimuler l’imagination du compositeur, de motiver la formation de la composition, de présenter le mode d’exécution et d’orienter la conception de l’auditeur dans certaines voies ».

Musique à programme de l’époque baroque : Les quatre saisons d’Antonio Vivaldi, dans le 1er concerto du printemps, les seconds violons doivent rendre le bruissement des branches et des feuilles et les altos l’aboiement d’un chien.

Le terme de musique à programme remonte à l’expression symphonie à programme, apparue à Paris vers 1800. Les Tableaux d’une exposition de Modest Moussorgski, où chaque mouvement porte un nouveau titre, le titre d’un tableau, ou La Moldau de Bedřich Smetana, un mouvement du cycle programmatique Ma patrie, dans lequel le compositeur tchèque traduit notamment par la peinture sonore l’évolution de la source en fleuve, sont des exemples de musique à programme.

Les frontières entre « musique à programme » et « musique absolue » sont floues. Surtout si l’on considère que ce terme n’a été défini qu’aux alentours de 1800. Mais qu’en est-il des compositions antérieures, comme les « 4 Saisons » de Vivaldi ? Il y a donc matière à débat. Vous trouverez un article intéressant sur la musique à programme et la musique absolue dans cet article d’Uta Schmidt sur Helpster.de (en allemand).

Dans la catégorie « Harmonie/Fanfare/Brass Band », une nouvelle possibilité de sélection pour la musique à programme a été ajoutée dans la « sous-catégorie ». Toutefois, cette liste n’est pas encore complète à l’heure actuelle. Votre aide est ici requise ! Quelles œuvres doivent encore être ajoutées à la liste « Musique à programme » ? Vous avez certainement des suggestions à nous faire, nous les mettrons en œuvre immédiatement.