« J’aimerais jouer toute une comédie musicale avec ma fanfare. C’est-à-dire avec des chanteurs, un chœur, des acteurs, etc. Mais la recherche de telles œuvres ne s’avère pas très facile ». Un appel à l’aide que nous prenons au sérieux. Tout d’abord, cette demande n’est pas seulement intéressante pour le demandeur, et ensuite, cette conception de concert pourrait également intéresser d’autres chefs d’orchestre.

Dans la sous-catégorie « Comédies musicales« , vous ne trouverez que des œuvres de comédies musicales déjà existantes. La plupart du temps des potpourris provenant d’une seule œuvre ou d’un mélange de différentes œuvres. Par conséquent, ne convient pas à la question posée.

Dans ce cas, vous trouverez ce que vous cherchez dans la sous-catégorie « Œuvres scéniques« . Nous avons rassemblé ici les œuvres qui nécessitent non seulement un orchestre, mais aussi des acteurs, des chanteurs, etc.

Par exemple : « Around Air » – A Musical Legend – d’Irlando Danieli, publié par Wicky : une présentation scénique en 5 actes pour 2 récitants, une voix féminine solo, un chœur et une harpe (texte en italien et en anglais). D’une manière musicale, la parole de saint François invite les créatures du Seigneur à la paix et à la fraternité.

« Il était une fois…« , c’est ainsi que commencent la plupart des contes de fées des frères Grimm. Sous ce titre, Jan van der Roost a écrit un Singspiel pour narrateur, acteurs (ad lib.), chœur d’enfants et orchestre à vent. Dans ce Singspiel, composé en l’honneur du 150e anniversaire de la mort de Jacob Grimm en 2013, le chant et le texte parlé alternent continuellement et l’orchestre joue également un rôle important, de sorte que l’ensemble de l’œuvre est varié en termes de contenu et de son. Il était une fois… peut également être joué en concert et offre également des possibilités de réalisation scénique (partielle).

Une œuvre « de vie » entre Eros et Ethos. Un projet en musique, image et danse propose l’œuvre « Mystica » d’Hubert Hoche. Il ne s’agit de rien de moins que de la vie elle-même : de la naissance à la mort, du devenir à la croissance et à l’épanouissement jusqu’à la mort. La vie – un mystère que nous affrontons avec étonnement et dont nous sommes pourtant nous-mêmes les protagonistes. Le compositeur Hubert Hoche a créé une musique en sept images qui reflète le cours de la vie dans le domaine de la tension entre la pulsion et la raison, l’ethos et l’éros, l’individualité et le retour constant.

Don Quichotte, de Thomas Stolz, a été écrit pour un chœur d’enfants, des solistes, des acteurs, des danseurs et un groupe/orchestre. Les rôles de choriste et de soliste/acteur sont appropriés pour l’école primaire. Il y a de nombreux petits rôles d’acteurs ainsi que des rappeurs et des danseurs pour interpréter les pièces instrumentales. Un groupe de percussion peut également être intégré (scénique), car certaines pièces ont des notes écrites pour des percussionnistes supplémentaires.

Comme « Don Quichotte », de nombreuses autres œuvres similaires en termes d’instrumentation ont été publiées par HeBu, en Allemagne. Siegmund Andraschek, Josef Bönisch et Reinhard Summerer se sont essayés à ce genre et ont créé un certain nombre d’œuvres qui seront appréciées tant par les interprètes que par le public.