….il peut raconter une histoire. En raison de la couronne, les habitudes de voyage sont un peu limitées pour le moment. Personne ne sait pour l’instant où vous pouvez vous rendre, sauf peut-être dans votre propre pays. Quoi de plus évident que de raconter au public un voyage imaginaire ? Combiné avec des délices culinaires de différents pays ? Ce serait une idée pour divertir le public !

Nous visitons d’abord un marché de producteurs en Amérique : vous pouvez y acheter des légumes, de la viande, du fromage et toutes sortes d’autres produits des producteurs dans une ambiance colorée et joyeuse. La cloche distinctive du marché sonne et on peut entendre un fermier qui rit fort. Peut-être parce qu’un des petits porcelets s’est échappé – ou parce que le fermier du stand voisin a atterri avec son derrière dans l’abreuvoir en essayant de le rattraper ?

Ensuite, il y a les « falafels » : des boules frites de purée de haricots ou de pois chiches, d’herbes et d’épices, qui sont particulièrement appréciées comme en-cas. Le falafel fait partie de toutes les cuisines du Proche-Orient, de l’Asie du Sud et de l’Afrique du Nord. Le falafel est également considéré comme un plat national en Israël et est préparé par tous les habitants d’Israël, indépendamment de leur appartenance ethnique, de leur origine ou de leur religion. Ou peut-être « Tzatziki » de Grèce ? Le tzatziki est servi comme une entrée froide typique avec du pain et fait partie des mezedes (assiette de départ). Il est souvent servi avec des plats de viande tels que les gyros ou les souvláki et se compose de yaourt (avec 10% de matières grasses), de concombre, d’huile d’olive et d’ail.

Connaissez-vous par exemple la « Flamiche« , une spécialité culinaire à base de fromage et d’œufs de la région autour du village de « Dinant » en France ? Ou bien vous servez un menu gastronomique français complet avec « Menu gastronomique« . La pièce se compose de neuf ensembles divisés en trois plats – trois entrées, trois plats principaux et trois desserts. Vous pouvez laisser le public voter pour choisir la combinaison entrée – plat et dessert à jouer.

Pour le dessert, on entendra la musique du « Augsburger Tafel-Confect » de 1733, une collection de chansons dont la musique doit être jouée pour le dessert, contrairement à la musique de table du plat principal. Le meilleur accompagnement est le « Peche Melba« , un dessert qu’Auguste Escoffier a dédié à la chanteuse Nellie Melba, qui était invitée au Royal Opera House de Londres de 1892 à 1893. Escoffier a créé ce dessert en plaçant des pêches pochées sur de la glace à la vanille, servies dans un cygne taillé dans un bloc de glace. Le cygne faisait référence à l’opéra Lohengrin de Wagner, dans lequel Nellie Melba brillait.

Et comme nous sommes déjà en Angleterre, nous faisons un voyage parallèle en Irlande et visitons le lieu « Tullamore« . C’est ici que le célèbre whisky irlandais Tullamore D.E.W. est distillé depuis plus de 200 ans. Cela vaut bien une bonne gorgée !

Ceux qui préfèrent les boissons sans alcool peuvent commander le « Gelato con Caffe » et obtenir deux résultats en une seule recherche : spécialité italienne, composée par un Japonais.

A la fin, il y a un bon vin, peut-être du Kaiserstuhl, en Allemagne, ou d’Italie. A celle-ci, on chante une joyeuse chanson à boire de La Traviata et on appelle un fort « Santé« .

Tout ce qui a trait à la nourriture et aux boissons se trouve sous la journée du même nom « nourriture et aux boissons« . Si vous connaissez d’autres ouvrages sur ce sujet, veuillez nous le faire savoir en envoyant un courriel à heli@musicainfo.net. Bon voyage !