Photo : Heiligenlexikon.de

Selon la tradition ecclésiastique, sainte Cécile (Saecilia) était une vierge et martyre qui vivait à Rome au IIIe siècle et venait de la famille romaine des Céciliens. La sainte Cécile est l’une des saintes les plus populaires, surtout dans les pays romans, son nom étant un nom de jeune fille fréquemment utilisé. Cécile est connue comme aide d’urgence et, depuis la fin du Moyen Âge, comme sainte patronne de la musique religieuse. Elle doit ce patronage à une erreur de traduction selon laquelle elle a elle-même joué de l’orgue à son mariage.

L’histoire de Heinrich von Kleist « Die heilige Cäcilie oder die Gewalt der Musik » (La Sainte Cécilie ou la violence de la musique), qu’il décrit lui-même comme une reproduction d’une légende ancienne, est apparue sous sa forme longue en 1811 et se déroule à Aix-la-Chapelle à la fin du XVIe siècle, lorsque les iconoclastes des Pays-Bas voisins ont fait rage. Le monastère de Sainte Cécile à Aix-la-Chapelle devait également être pris d’assaut. Mais la sainte – méconnue sous la forme de sa sœur Kapellmeisterin – accomplit à la fois des miracles terribles et merveilleux : le pouvoir mystérieux de la musique ancienne, qu’elle joue à la tête de la chorale des moniales, dompte le gang sauvage qui envahit le monastère. Le monastère a été sauvé, et – selon Kleist – il a continué à exister jusqu’à la fin de la guerre de trente ans.

Sainte Cäcilia est considérée comme la patronne de la musique religieuse : organistes, facteurs d’orgues, facteurs d’instruments, chanteurs, musiciens et poètes. Le 22 novembre est son jour de commémoration. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux compositeurs aient dédié ces compositions sacrées. (Sources : Wikipedia/Heiligenlexikon)

Liste pour orchestre à vent

Liste pour chœur