Un ballet en trois actes avec 50 minutes de temps de jeu

Hieronimus Bosch

« The Garden of Earthly Delight » (Le jardin des désirs), Triptyque du Héronimus Bosch

Les images mystérieuses d’Hieronimus Bosch posent de grandes énigmes aux experts. Elles doivent être interprétées de manière ambiguë. En particulier, le triptyque « Le jardin des désirs« , qui représente des scènes qui semblent presque prophétiques de la création du monde à l’apocalypse, fait souvent l’objet de critiques d’experts.

Avec une durée totale d’environ 50 minutes, le compositeur américain Leroy Osmon a créé une œuvre musicale aussi monumentale que ce tableau « The Garden of Earthly Desires » (Le Jardin des délices). Le ballet se compose d’une « introduction », de trois « actes » (chacun avec quatre « scènes ») et d’un « interlude » avant « Acte III ». Les titres de chaque acte et de chaque scène proviennent directement de certaines sections du tableau de Bosch. L’inspiration pour les différentes sections s’est inspirée du tableau dans son ensemble ainsi que des plus petites images de l’image. Les différents styles de musique sont directement liés aux images sur la toile : du brut au sublime, de l’abstrait au réaliste. Le ballet, comme le tableau, est un triptyque (les trois Actes des Apôtres) et l’introduction (le troisième jour de la création) représente le panneau supérieur du tableau. La musique est une représentation graphique de la peinture de Bosch et suit le même récit biblique.

Compositeur Leroy Osmon

Le compositeur Leroy Osmon a vécu et travaillé pendant plusieurs années dans l’état mexicain de Veracruz et était un ami personnel de plusieurs membres de la « Banda Sinfonice Del Gobierno Del Estado ». Il a composé plusieurs des passages en solo en vue de ses amis. Le rôle du tromboniste basse incarnait le diable selon la vision du mal de Bosch.

L’acte I représente le panneau de gauche et représente Adam et Eve, le serpent, divers prédateurs et la chute de l’Eden.

L’acte II présente Noé (représenté par le jeu continu d’un motif à deux voix), la luxure, l’érotisme et la vulnérabilité de l’innocence, avec un casting de figures nues et d’animaux fantastiques.

L’Acte III, le panneau de droite, a été décrit par les théoriciens de l’art comme un « paysage d’enfer et dépeint les tortues de la damnation » à travers une danse d’amour perverti et de luxure, de mort et de vanité, se terminant par un cauchemar hallucinant. Bien que les historiens et les critiques aient pu interpréter le tableau comme un avertissement didactique des dangers de la damnation de la vie, le compositeur Leroy Osmon le considérait comme une représentation d’un véritable degré de joie terrestre, un jardin érotique que l’écrivain américain Peter S. Beagle a décrit comme « un lieu d’ivresse et de liberté totale.

Le ballet d’Osmond présente un panorama musical de ce paradis perdu. Plusieurs œuvres du compositeur sont représentées dans ces compositions. Lorsque le compositeur reçut la commande de ce ballet, Osmon travailla sur un hommage à Ravel et sur les révisions d’un concerto pour piano des débuts. Il a été décidé d’inclure les deux œuvres dans le ballet avec du nouveau matériel. Il y a trois références directes à Ravel (le compositeur qu’Osmon appelle « la définition de mon monde harmonique »), ainsi que deux mouvements complets du Concerto pour piano qui entra dans le ballet. Il y a de brefs moments d’autres compositeurs – dont Ives, Grainger, Alwyn, Lloyd et Revueltas – qui ont inspiré et guidé le compositeur Leroy Osmon harmonieusement et rythmiquement depuis plus de 50 ans.

Une œuvre, uniquement pour orchestre de la plus haute performance (SW-Grad 6) et avec une œuvre de 50 minutes, qui a besoin d’une pleine concentration.
Cliquez ici pour plus d’informations.
Enregistrement complet sur ce CD