Pour la Chine ancienne, l’ordre de l’univers était le modèle de l’ordre sur terre et parmi les hommes. L’homme était vertueux, il pensait en accord avec la nature et agissait en conséquence. L’harmonie dans les arts chinois, dans les bâtiments, les ponts, les peintures de paysage et les jardins était l’expression d’une reconnexion cosmique. Parmi de nombreuses autres plantes, le jasmin a été très honoré pour son parfum.

Il n’est donc pas étonnant que la fleur de jasmin ait également attiré une grande attention dans la musique folklorique chinoise. Dans une chanson, il est décrit ainsi :

Regardez, comme ce bouquet est beau ! Cueillies tôt sur l’arbuste à colombes, Maintenant par une jolie main Que l’amour me soit envoyé, annonçant mon retour ! Ô fleurs ! Des heures de joie !

La plus belle fleur, la plus douce de l’année ! Tous les yeux ont dû suivre avec envie, Est-ce que je vous trompe dans la rue Non, pour les autres, je vous lie Et c’est seulement à la maison que j’ai ma béatitude.

La chanson populaire la plus célèbre de Chine concernant le jasmin est probablement la chanson « Mo Li Hua », qui a été créée pendant l’ère Qianlong (1735-1796) de la dynastie Qing. Il existe plusieurs versions régionales de la chanson avec des textes et des mélodies différents. Une version de la chanson décrit une coutume qui consiste à offrir des fleurs de jasmin, comme c’est le cas dans la région du sud du delta du Yangtsé en Chine. Une autre version, plus longue, décrit la peur de cueillir la fleur. Il était joué sur de vieilles cloches en métal (bianzhong) ou sur des carillons en jade modernes. Il utilise la gamme de cinq notes (pentatonique) qui est omniprésente dans la musique chinoise. La mélodie est une des Xiaodiao (« mélodies courtes »), qui est populaire dans les zones urbaines chinoises.

Cette chanson s’est également retrouvée dans l’opéra : Giacomo Puccini a utilisé la mélodie dans Turandot et a rendu la chanson célèbre en Occident. En 2008, la chanson a été jouée lors des cérémonies de remise des médailles aux Jeux olympiques de Pékin.

Sous le titre « Jasmine« , un arrangement pour orchestre à vent de Simon Scheiwiller a été publié par Adank (Suisse). Scheiwiller est corniste, chef d’orchestre et compositeur. Il a étudié aux conservatoires de Zurich et de Genève. Déjà à l’adolescence, il a commencé à arranger des pièces pour piano ou des musiques de film pour des ensembles à vent. Scheiwiller se consacre principalement à la musique de chambre. Il a joué sur le CD « Äbä » du Reto Suhner Quartett et a été corniste soliste au Festival d’opéra de Florence en 2008.